C’est désormais une platitude de dire que l’année 2020 a été compliquée pour beaucoup de monde, et particulièrement pour l’industrie du divertissement. Avec la fermeture de ses parcs d’attractions, même une gigantesque entreprise comme Disney a fait les frais de la crise liée à la pandémie de Covid-19. Cependant, l’entreprise mère de Mickey a su se rattraper avec sa plateforme Disney+.

Disney+ au secours de Mickey Mouse

Selon un rapport de l’influent média américain Deadline, l’action en bourse de Disney est désormais revenue au niveau qu’elle avait au mois de février 2020, c’est à dire avant qu’elle ne chute à cause de la crise du coronavirus et ses conséquences. La fermeture des parcs d’attractions et des cinémas dans lesquels Disney diffuse ses films, qui permet à l’entité de faire la majorité de ses revenus, avait en effet causé quelques dommages boursiers (on estime toujours que la seule fermeture des parcs d’attraction a fait perdre plusieurs dizaines de millions de dollars par jour). Comme une forme de balance karmique, l’essor de Disney+ a permis à l’entreprise aux grandes oreilles de contrebalancer le tout. Pour les fans de chiffres, l’action de Disney était donc dans la soirée d’hier à 134,20$.

La plateforme de streaming Disney+ a largement profité du confinement généralisé et de la fermeture des cinémas. Alors que son lancement à l’automne dernier aux Etats-Unis avait généré un nombre d’inscriptions bien plus fort que celui estimé, la mise en ligne du service au printemps dans d’autres pays du monde (dont la France) a également permis à Disney de se refaire une santé financière. En cumulant ses chiffres avec ceux des abonnés d’Hulu ou ESPN, le géant américain totalise à domicile plus de 100 millions d’inscrits à ses services de vidéo payants.

En outre, la semaine passée, Disney+ a proposé en offre payante son blockbuster Mulan. Une décision particulièrement rentable puisque le film et la plateforme étant propriétés de la même entité, le bénéfice sur le prix de vente est des plus importants, puisqu’il n’y a pas à partager, par exemple, avec un autre distributeur. Disney n’a pas encore communiqué ses chiffres sur la sortie numérique de Mulan (qui ne se fera qu’au 4 décembre, gratuitement, en France), mais différents analystes ont vu un important pic de téléchargements se faire au cours de la semaine suivant sa mise en ligne. Selon ses derniers, la politique de prix agressive, la mise en place de « Star« , le service premium de Disney+, et les conséquences inévitables de la crise du coronavirus sur la durée du délai d’exclusivité de diffusion pour les films aux cinémas vont chacun profiter à la plateforme de streaming. Si l’opération Mulan rencontre un succès à la hauteur des attentes de Disney, il y a tout à parier que d’autres films suivent le pas. A cet égard, un certain Black Widow devient le centre de plus en plus d’attentions, même si Kevin Feige et consorts maintiennent leur envie de sortir le film en salles. A n’en pas douter, les prochains mois seront cruciaux à suivre dans la sphère du divertissement numérique.

Source