Trois ans après la sortie en salle au Japon de l’OAV Dragon Ball Z « La résurrection de F » et l’arrêt (temporaire ?) de l’anime Dragon Ball Super, le manga créé par Akira Toriyama a le droit à son vingtième OAV : « Dragon Ball Super : Broly ». Vous reprendrez bien quelques baffes galactiques ? Nous oui.

Reprenant quelque temps après la fin du “Tournoi du Pouvoir”, la trame scénaristique de ce 20è OAV Dragon Ball nous conte également la genèse d’un personnage très cher au coeur des fans du manga : Broly, le super guerrier légendaire. Ayant déjà eu droit à son propre OAV sorti en 1993, le personnage de Broly est apparu plusieurs fois dans différents OAV de la série, était présent dans le roster des jeux vidéo Dragon Ball sortis ces 15 dernières années. Il a même eu droit à un hommage dans le dernier arc de la série Dragon Ball Super. À ce titre, le personnage créé par Shigeya Yamauchi est un des méchants les plus appréciés dans l’univers de Dragon Ball. Fou, surpuissant et possédant un style bien à lui, Broly est aussi un personnage à l’histoire tragique et nourrit les éternels débats entre les fans du manga.

Broly, une vieille histoire…

Avec une sortie annoncée pour décembre 2018 au Japon, le vingtième OAV de la franchise était censé revenir sur l’origine du peuple Saiyans, mais ce n’est qu’en juillet que sera communiqué le véritable titre du film ainsi que le « retour » de Broly dans l’histoire du manga. Car, aussi populaire soit-il auprès des fans, le personnage créé en 1993 n’a jamais réellement fait parti de la trame originale du manga et cela au même titre que les personnages de Bardock, Cooler, Slug, Bojack, etc… Ainsi, à l’occasion de son intronisation officielle dans l’histoire du manga, Broly voit son design changé et des origines revues et corrigées.

Sans vouloir énumérer toutes les différences entre le Broly de 1993 et celui de 2018, celles-ci sont minimes et/ou importantes selon votre degré d’attachement au personnage original. Sachez néanmoins que l’essence du personnage est plutôt bien respectée contrairement à ce qui a pu être fait par le passé avec le personnage de Kale qui tenait plus du fan-service cheap qu’autre chose. Cela dit, le film tout entier est un immense objet de fan service. Entre l’apparition d’anciens et de nouveaux personnages, et sans vouloir vous gâcher la surprise, on prend un certain plaisir nostalgique à retrouver les héros de nos dimanches après-midi. La narration est somme toute plutôt bonne et on voyage agréablement entre les différentes périodes de l’histoire pour se laisser porter jusqu’à la rencontre entre Broly et Goku. L’humour, ingrédient indispensable de la série Dragon Ball, est également très présent et même si parfois il arrive qu’il soit malvenu, sa présence est agréable et réserve quelques bons moments parfois inattendus. Bref, un plaisir…

Une claque cosmique…

Un plaisir qui est pour beaucoup dû au style crayonné des personnages. Cette petite touche de style apporte un côté vintage à l’écran très plaisant et j’aurai vraiment souhaité retrouver le feeling des anciens OAV Dragon Ball Z dans le reste du film. Notamment dans les combats. Véritable coeur du manga de Akira Toriyama, les combats sont élément essentiel du récit et participe à la bonne immersion du spectateur. Une chose que le réalisateur semble avoir oubliée quand il a conçu le script du film. Ce qui, pour moi, faisait toute la puissance de l’oeuvre originale de 1993 et qui a donné sa réputation au personnage de Broly c’était la brièveté des combats et le nombre de combattants impliqués dedans. Dans l’OAV original, Broly écrase littéralement tous ses opposants sans distinctions, et ce en seulement quelques échanges de coups. Peu importe leur nombre (5 au total si on soustrait Krilin qui ne participe pas) ni même le fait que Goku revienne systématiquement à la charge, Broly est le Super Saiyan Légendaire dont la puissance est inégalable et semble indestructible. Même la comète qui menace de détruire la nouvelle planète Végéta ne semble pas l’inquiéter outre mesure, c’est dire… Or, on ne peut pas dire que tout cela soit présent dans le nouveau film. Une fois de plus, sans rien vouloir vous dévoiler quelques surprises que se soit, les affrontements de ce nouvel OAV Dragon Ball Super se concentrent essentiellement autour de Goku et Végéta.

[…] les affrontements de ce nouvel OAV Dragon Ball Super se concentrent essentiellement autour de Goku et Végéta.

Quant à l’animation et la chorégraphie des combats, elles se résument bien à la formule : « Toujours plus ». Spectaculaires, intenses, frénétiques… tous les superlatifs sont bons pour qualifier des combats absolument dantesques. Néanmoins, ces combats, une fois les 45 premières minutes passées, ne racontent absolument rien et n’apportent aucune profondeur aux personnages de Broly et de Paragus. Cependant, il est sûr que ce nouveau film Dragon Ball Super va, une nouvelle fois, donner du grain à moudre pour tous les fans de la saga et ainsi venir alimenter les théories les plus farfelues.

En définitive…

Le vingtième et dernier OAV de la série Dragon Ball réussit son pari de faire renaître une icône du manga apparue 15 ans plutôt et à l’introduire dans la chronologie officielle du manga. Nouveau design, nouveau « background », Broly est plus enragé que jamais ! Très attendu par tous les fans du monde entier : les salles de projection étaient pleines à craquer et l’ambiance survoltée, la sortie de l’OAV « Dragon Ball Super Broly » est aussi l’occasion de se rassurer sur l’avenir de la franchise qui ne semble pas prête de s’arrêter.