Restez en contact

COMICS CRITIQUES

Nomen Omen, un comics entre sorcellerie et geekerie

Sorti le mois dernier en France, on a été intrigué par cette couverture d’un vert fracassant en librairie du premier tome de Nomen Omen. Initialement sorti en 2017 en Italie, le premier tome du comics est sorti en octobre dernier chez Image Comics aux États-Unis et il n’aura fallu attendre que quelques mois avant de voir débarquer les aventures de Rebecca “Becky” Kumar chez nous aux éditions Panini Comics. Entre mythes et réalités, sorcellerie et pop culture, on saute à pied joint dans le comics imaginé par Marco B. Bucci et Jacopo Camagni, l’un étant à l’écriture et l’autre aux illustrations. C’est parti pour une nouvelle critique !

Nomen Omen, un monde de sorcellerie intrigant

Si Becky Kumar semble être une jeune femme de notre époque tout ce qu’il y a de plus banale (avec deux chiens et un compte Instagram), il n’en est rien. Avant d’être cette étudiante fan de pop culture en stage chez Google (excusez-nous du peu !), sa naissance même est un mystère et c’est par quoi commence Nomen Omen : elle a en réalité non pas deux mais trois mères. Vous comprendrez bien assez vite lors de la lecture. Bref, un début de vie déjà bien particulier pour nous, simples mortels. Mais voilà, la vie de Becky est profondément bouleversée lorsqu’elle survit à un accident mortel. En échappant de justesse à la mort, Becky se renferme, fait « l’ermite » comme l’explique ses amis et estime qu’en fait, elle aurait peut-être dû mourir ce jour-là.

nomen omen panini comics critique

Quand le monde de Becky se pare de mille couleurs

Lors de son vingt-et-unième anniversaire, une personne plus qu’étrange la rejoint dans les toilettes du restaurant, où elle passait un coup de fil, pour récupérer ce qui lui est dû : son coeur. En effet, on ne peut pas défier la Mort comme ça. Le truc, c’est que malgré cette absence de coeur, Becky se relève, retourne voir ses potes et va se bourrer la gueule avec eux. Aurait-elle rêvé de ce moment ? C’est au cours de cette soirée qu’elle rencontrera Fer, créature millénaire à l’apparence humaine sur qui elle pourra compter pour lui expliquer un peu ce qui lui arrive. C’est ainsi que plusieurs mondes s’ouvrent à nous dans Nomen Omen. Le comics se démarque ainsi de part son univers original, sombre, mystérieux, presque même envoûtant et son intrigue qui nous tient en haleine tout au long des 160 pages. La protagoniste étant atteinte d’achromatopsie (ce qui signifie qu’elle ne voit pas les couleurs), les planches du comics sont monochromes quand Becky est dans la vraie vie, puisque nous voyons le monde à travers ses yeux. En revanche, dès qu’elle rêve ou qu’elle perçoit de la magie, les couleurs inondent les planches. Ce qui vient renforcer les dessins qui sont déjà très beaux mais aussi qui viennent marquer l’intrigue !

nomen omen panini comics avis critique

Verdict

On est tout de suite happés par le mystère qui englobe Nomen Omen, le titre signifiant en latin “le nom est un signe”. Et c’est bien dans cette direction que part le comics puisqu’on nous le répète sans arrêt : « Rien n’est plus sacré que les noms ». Si le premier tome semble présenter énormément d’éléments différents, nous sommes certains que tout viendra se connecter bien assez vite. D’autant plus que ce n’est pas une série qui devrait durer : trois tomes seulement (ou quinze chapitres) ! Ce premier tiers nous a donné assez de billes pour qu’on n’ait plus qu’une hâte : découvrir la suite des aventures de Becky dans le tome 2. D’autant plus que ce premier tome a vraiment tout pour séduire : des planches splendides, une intrigue captivante, une protagoniste attachante avec du caractère et… un prix ultra attractif : Panini Comics fait actuellement une offre de lancement pour Nomen Omen à 10€. Il n’y a VRAIMENT aucune raison de ne pas se laisser tenter par cette aventure mystique… Mention spéciale au compte Instagram de la jeune femme qui existe bel et bien et qui, sans nul doute, nous donne quelques clés pour résoudre le mystère de Nomen Omen !

News à ne pas rater !

pourquoi certaines series n auraient du avoir qu une seule saison pourquoi certaines series n auraient du avoir qu une seule saison

Pourquoi certaines séries n’auraient dû avoir qu’une saison

FILMS & SÉRIES

Street Fighter : Chun-Li vient de célébrer ses 52 ans !

LIFESTYLE

finn wolfhard ghostbusters sos fantomes stranger things finn wolfhard ghostbusters sos fantomes stranger things

Le prochain SOS Fantômes se veut fidèle aux films originels

FILMS & SÉRIES

Advertisement
Newsletter

X