Le film Iron Sky, sorti en 2012 était un film de série B intentionnellement amusant, ressemblant à d’autres films de science-fiction comme Spaceballs ou Austin Powers: International Man of Mystery. Malheureusement il n’a pas réussi à trouver le succès qu’il mérite, mais il a construit une communauté juste assez grande et assez enthousiaste pour financer une suite. Le résultat est Iron Sky : The Coming Race, qui arrivera en salles et sur les services à la demande le vendredi 19 juillet.

Le premier Iron Sky se situait dans une version fictive de 2018 où des astronautes, envoyés du côté obscur de la Lune par un président américain sans nom, ressemblant étrangement à Sarah Palin, découvrent que des nazis s’y cachent depuis la fin de La Seconde Guerre mondiale. Ce qui suit est un mashup d’Independance Day, Wag the Dog et Star Wars, où la présidente utilise les nazis pour renforcer sa campagne de réélection. Finalement, toutes les nations de la Terre combattent ensemble la menace lunaire. Mais l’alliance se transforme immédiatement en chaos, alors qu’elles se font mutuellement concurrence pour une source d’énergie rare fournis pas les nazis, ce qui déclenche une guerre nucléaire mondiale.

Le film a été inspiré par le roman de 1871, The Coming Race, d’Edward Bulwer-Lytton, qui a inspiré un célèbre concours pour une écriture délibérément terrible. Le nouveau film Iron Sky imagine que la Terre est creuse et abrite les Vril, une race d’aliens immortels capable de se métamorphoser et qui vivent au cœur de la planète depuis l’époque des dinosaures. Ils ont adopté des méthodes pour communiquer avec les dinosaures et ont apparemment conservé ce comportement par défaut, quand ils ne se mêle pas de l’évolution humaine ou n’ont pas des conflits les uns envers les autres. Mais maintenant que les humains ont ruiné la Terre en la rendant largement inhabitable, les Vril prennent leurs formes historiques préférées, parmi lesquelles on retrouve Gengis Khan ou encore Margaret Thatcher.

Comme dans le premier film, Iron Sky : The Coming Race a une fin dramatique qui laisse entrevoir une potentielle suite remplie de science-fiction. Alors que The Coming Race pourrait ne pas justifier la nécessité de poursuivre cette série absurde, elle fournit au moins une raison de revenir en arrière pour regarder l’original et d’aider ses créateurs à obtenir l’argent dont ils ont besoin pour reprendre leur forme unique de magie cinématographique.