Les livres et les cours d’Histoire nous ont appris ce qu’il s’était passé le tristement Lundi noir. Le krach boursier d’octobre 1987 fait référence au Jeudi noir (Black Thursday) du 24 octobre 1929, qui lança les États-Unis d’Amérique dans la Grande Dépression des années, touchant également l’Europe. Le comics indépendant Black Monday Murder, Gloire à Mammon (tome 1 de la série) décide de revisiter justement ces histoires financières derrière un voile satanique…

Acheter Black Monday Murders, Gloire à Mammon (tome 1).

Dans Black Monday Murders, Gloire à Mammon, le culte satanique n’est pas saupoudré d’une romance d’adolescents comme la série Les Nouvelles Aventures de Sabrina de Netflix. Dans le comics, on parle d’organisation, de culte, de rituel morbide et de complots financiers. L’auteur profite des planches de transition pour justement pousser les notions sataniques à son paroxysme. Et on aime ça !

Synopsis : Cette puissance, manipulée et alimentée par un groupe d’individus vénérant Mammon, Prince des Enfers et de la Cupidité, est aujourd’hui au fait de sa gloire. Le premier krach boursier de 1929, le premier choc pétrolier de 1974, la crise bancaire de 2008… Autant d’événements qui furent orchestrés par les serviteurs du Démon pour régenter en sous-main l’humanité. C’est sur cet univers occulte que l’enquêteur s’apprête à braquer les lumières de son enquête liée au meurtre ritualisé de l’une des grandes figures de Wall Street… (extrait du site Urban Comics)

Ce qu’on a aimé dans Black Monday Murders, Gloire à Mammon (tome 1)

Les dessins collent parfaitement à l’atmosphère noire de l’univers de Black Monday Murders. On évolue planches après planches dans un monde où tout le monde est suspect, ce qui nous incite à enchaîner la lecture pour essayer de trouver un dénouement.

Depuis les premiers trocs et la création de la monnaie, l’argent, au-delà de sa valeur symbolique, se chargea d’une véritable puissance magique.

Black Monday Murders

Justement l’intrigue rend perplexe. Il est question de culte satanique, mais également de meurtres. Hors si l’on suit les évènements du tome 1 sous différents angles et personnages, on connaît rapidement l’assassin. Mais là où c’est déroutant, c’est que l’on a du mal cerner réellement ses motivations.

Les personnages sont antipathiques, immoraux et cyniques. Même le “gentil” de Gloire à Mammon est sombre. En ce sens, comme on me l’a fait remarquer, il ressemble au personnage de Hellblazer : John Constantine. Mais l’univers se veut malsain contrairement aux comics de DC…

comics black monday murders extrait gloire à mammon

Ce que l’on a moins apprécié…

On a globalement (beaucoup) aimé Black Monday Murders, Gloire à Mammon. Mais s’il faut lui donner une critique négative, c’est potentiellement la difficulté à suivre et lier les multiples événements du comics. De mon point de vue, cela montre la puissance du scénario, mais cela peut gêner certains lecteurs. Les allers-retours dans le temps sont nombreux, les protagonistes aussi, avec chacun leurs motivations personnelles… Ça complexifie le scénario du comics.


Le tome 2 est paru mi-février : Une livre de chair. On va se jeter dessus ! Black Monday Murders est une très belle découverte pour tous les lecteurs qui aiment les scénarii mélangeant culte religieux, faits historiques et complots.

Acheter Black Monday Murders, Gloire à Mammon (tome 1).

Informations éditeur :
– scénariste : Jonathan Hickman
– dessinateur : Tomm Coker
– 240 pages / public : 6+

comics black monday murders couverture gloire à mammon