Mark Millar poursuit ses grands plans de conquêtes, avec les héros de SuperCrooks en voisinage de Jupiter’s Legacy. Sacerdoce personnel, le fantasme de l’adaptation permanente occupe la carrière du scénariste depuis de longues, longues années : une tactique toute bête, fabriquer des mini-séries jetables, avec quelques bonnes idées et de jolis dessins, qui seront ensuite récupérées par une société de production aux poches pleines. La stratégie a porté ses fruits, attendu que l’ensemble des créations de Mark Millar (assemblées sous la bannière Millarworld) ont été rachetées par Netflix, qui travaille depuis trois ans sur plusieurs projets d’adaptations lents à se monter.

Récemment, la série The Magic Order était annulée suite aux difficultés posées par le risque sanitaire. La série Jupiter’s Legacy se monte dans son coin après avoir subi un revers de fortune sur le plan créatif : le licenciement du chef de projet Steven DeKnight, dont le travail ne correspondait apparemment pas aux attentes du diffuseur. Enfin, en mars 2019, Mark Millar annonçait que l’adaptation de SuperCrooks serait réalisée par les brillantes équipes de Bones Studios, responsables de fantastiques dessins animés japonais, tels que Space DandyFullmetal AlchemistMob Psycho 100 et My Hero Academia.

Vers la perspective d’un véritable Millarworld, enfin

Interrogé sur le sujet de cette série animée, Millar explique que SuperCrooks est toujours bel et bien prévu. L’adaptation durera treize épisodes avec énormément d’inédits – le comics original, cantonné à quatre petits numéros, se présente comme un film de braquage dans un univers de super-héros. Pas de quoi tenir la durée, et Mark Millar se chargera donc de gonfler son histoire pour explorer le concept un peu plus loin. De nouveaux personnages, cocréés par l’artiste Lenil Yu, seraient aussi au programme.

Plus intéressant, la série animée SuperCrooks devrait évoluer dans le même univers que l’adaptation de Jupiter’s Legacy. Un choix intéressant, attendu que celle-ci sera tournée en images réelles, pour former une première mouture de l’autre grand fantasme de Mark Millar : faire évoluer ses différentes créations dans un monde commun, projet déjà tenté en comics avec Kick Ass 3. Dans l’idée, les deux oeuvres tendraient à se répondre, basées dans des univers de super-héros relativement compatibles. Il sera en revanche plus compliqué d’insérer un Huck ou un Nemesis à terme.

Reste encore à voir quand Netflix compte communiquer sur les projets actuels de l’écurie Mark Millar, disparus des radars pour la plupart d’entre eux depuis un certain temps.

Source